Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog à part

Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!


Anna Bettozzi, Du tour de chant au blanchiment.

Publié par Desmoulins sur 10 Avril 2021, 18:31pm

Catégories : #Camorra, #Calabre, #'Ndrangheta, #Actualités, #crime organisé

Anna Bettozzi "Bettz" pour les intimes. (Tempo Stretto)

Anna Bettozzi "Bettz" pour les intimes. (Tempo Stretto)

Mais quelle idée vous passe donc par la tête pour se balader avec 300 000 euros en liquide dans sa voiture ?
La subtile cachette, une paire de bottes, n'aura pas fait illusion aux carabiniers. Ce pactole devait-il servir à financer des soirées cannoises ? Anna Bettz n'a pas su répondre aux policiers qui l'ont arrêté à Vintimille ce 17 mai 2019 alors qu'elle se rendait au festival de Cannes. 1 700 000 euros supplémentaires sont retrouvés dans le coffre de son luxueux appartement de Milan. Tout est saisi. Si elle ne se doute pas encore de la suite de l'affaire, la police elle n'avait pas contrôlé sa voiture par hasard. En fait depuis 2015, la Guardia di Finanza est sur les dents.

Anna mord la vie  (Formiche.net)

Anna mord la vie (Formiche.net)

11 mois après, la native de Boston est interpellée à Rome. Une des 71 arrestations liées à un énorme dossier de fraude fiscale, blanchiment et association mafieuse dans le secteur pétrolifère et qui a vu le concours de plusieurs clans camorristes et calabrais. Sans plomb.
A Naples, Rome, Catanzaro et Reggio dans la matinée du 8 avril, les intérêts et actifs du clan Mancuso de Limbadi (Vibo Valentia), du clan Moccia d'Afragola (Campanie) pour une valeur d'environ 1 milliard d'euros (précisément 946.500.000) ont été saisis. 
Parmi les arrêtés on retrouve des noms ronflants de la criminalité organisée comme Silvana Mancuso (fille de Zio Giovanni Mancuso et épouse de Gaetano Molino, ce dernier jugé actuellement dans le méga procès calabrais de Rinascita Scott et son cousin Francesco «Ciccio Tabacco» Mancuso, fils de Domenico l'un des grands frères de Zio Giovanni). 
Les biens immobiliers et actifs saisis appartiennent en grande partie à des entrepreneurs et sociétés impliquées dans le commerce de pétrole comme la Vibo Oil et la Maxi Petroli Srl.
Cette dernière société basée à Rome récemment devenue la Made Petrol Italia Srl, a pour administratrice, une certaine Anna Bettozzi, 62 ans, aka Anna Bettz à la ville.
Anna se trouverait au cœur d'un système de fraude à la TVA et de blanchiment d'argent. Voilà qui dénote avec son image de femme frivole et d'objet sexuel. 

Décidément, il y a des plan de carrières insondables.

Francesco "Ciccio Tabacco" Mancuso (Il Vibonese)

Francesco "Ciccio Tabacco" Mancuso (Il Vibonese)

Celle qui a fait le tour des potins du tout Rome depuis 30 ans a mené de front deux sacerdoces. La chanson et entrepreneuriat. Avec des succès relatifs des deux côtés.
Pour l'artistique je vous laisserais seule juge, côté entreprise, «Made Petrol» était au plus mal il y a quelques années jusqu'à ce que, le clan Moccia d'Afragola n'intervienne. Ce clan de l'arrière pays napolitain s'est toujours fait montre d'une grande habileté pour pénétrer les circuits financiers.
Le blanchiment est le cœur d'activité du clan qui depuis 1976 et l'assassinat du boss fondateur a été dirigé par sa femme, Anna Mazza baptisée «la Veuve Noire», jusqu'à son décès en 2017 et ses fils Vincenzo et Luigi. Anna Mazza a été la première femme condamnée pour association mafieuse dans l'histoire pénale italienne.
Durant la grande guerre de la camorra, le clan s'allie à la Nuova Familia mais restera toujours plus ou moins en marge du clan des Casalesi qui succédera aux rivaux de Raffaele Cutolo.
Malgré quelques couacs et surtout l'assassinat de Vincenzo le fils préféré de Maria, en 1987 et plusieurs tués dans leurs rangs au milieu des années 2000, le clan su éviter, durant presque 3 décennies, la redondance des règlement de comptes qui polluent les activités camorristes. Petit entorse toutefois le 11 mai 2009 où le clan assouvit une vieille rancune contre Mariano Bacioterracino, abattu à Sanita pour venger le boss Gennaro 33 ans après.
Le clan fait ventre de tout, l'énergie verte, l'industrie funéraire, l'agroalimentaire, vidéo poker ect...
L'extorsion à l'ancienne sans oublier le trafic de drogue via Angelo Orefice l'homme qui aux Pays-Bas a mis le pied à l'étrier du trafic au narco broker Raffaele Imperiale.
En 2004 il est impliqué dans une vaste opération d'extorsion contre les géants Cirio et Parmalat qui avaient été forcé de payer plus de 400 millions de lires par an. En échange les Moccia éliminait la concurrence. A la fin des années 90 ce monopole était telle qu'il avait été qualifié par l'Autorité de la concurrence «d'absolument anormale». 

Maria Mazza, une vraie capoclan (Il Mattino)

Maria Mazza, une vraie capoclan (Il Mattino)

L'assassinat le plus connu de la Camorra, celui de Mariano Bacioterracino.

Le clan est si discret que même la police le croit éteint à l'orée des années 2010. Il n'en est rien. 
Toutefois une série de règlements de comptes et barbecues prouve que les places sont chères dans la zone entre Arzano et Cardito. On parle d'une guerre contre les Amato-Pagano retirés de Secondigliano ou avec d'anciens affidés, les Cennamo ou encore d'une querelle interne entre deux factions, les Nobile et les Pezzella. Quoiqu'il se passe en réalité, le fait est que la région devient vite invivable. 
En 2016, Luigi, 60 ans, le plus vieux de la fratrie encore vivant est arrêté. Il était le cerveau du clan, le mafieux en col blanc. L’homme des connections politico-financières. Si le clan souffre, le décès d'Anna en septembre 2017 va lui faire plus mal encore. Les autres héritiers ont des boulets au pied, Angelo, 59 ans, Bruno ne peuvent prendre la suite et Teresa et son mari Filippo Iazetta tombent à leur tour en janvier 2018 pour extorsion de fonds.

Antonio Moccia (Il Mattino)

Antonio Moccia (Il Mattino)

Alors qu'on croyait le clan au fond du trou, c'est Antonio Moccia, l'avant dernier de la fratrie (né en 1964) qui va sauver les meubles. Antonio qui comme ses frères et sœurs a été élevé dans le culte de papa Gennaro et qui depuis l'âge de 13 ans est sujet à de folles histoires qui ont font l'assassin d'Antonio Giugliano, un des trois tueurs de son père. Et avec une arme qui aurait été fourni par Raffaele Cutolo, boss suprême de la Nuova Camorra Organizzata, rien que ça. S'il a bien été arrêté il n'a pas été condamné.
L'histoire se raconte comme une histoire de père fouettard. Par contre on sait que le frère d'Antonio, Vincenzo a commis son 1er meurtre à l'âge de 16 ans, celui du maréchal des carabiniers d'Afragola le 5 janvier 1976. 
Déjà condamné pour association mafieuse, Antonio a remis sur pied le clan. Allant jusqu'à rebâtir de vieilles passerelles entre la Campanie et la Calabre avec les Mancuso. 
Afin de mettre en place une gigantesque convergence de structures et de sociétés en odeur de mafia dans le domaine de la commercialisation illicite de carburants et du recyclage de centaines de millions d'euros dans des sociétés pétrolières. La centralité du clan Moccia apparaît fortement, dans cette enquête, sur le contrôle de la fraude même si en plus des Mancuso, plusieurs autres clans calabrais ont mis des billes dans l'affaire comme les Piromalli, Cataldo, Labate, Pelle, Italiano de Reggio, les Bonavota de San Onofrio, les Anello de Filadelfia et les Piscopisani de Catanzaro.

Investir dans les entreprises endettées

Déjà très impliqué dans les marchés publics, la construction et l'immobilier, le clan s'est entouré d'un faisceau d'entrepreneurs très actifs comme Alberto Coppola qui était le contact direct d'Antonio si on en croit les écoutes téléphoniques de celui qui appelait même Alberto «son cousin». C'est d'ailleurs ainsi que Coppola se présente aux PDG aux abois à la recherche d'investisseurs. 
Avec le concours de 2 comptables et d'un fixeur politique Gabriele Coppeta, le clan s'immisce dans la comptabilité de sociétés en crise, injectant de l'argent frais, parfois sans taux usuraire, afin de redynamiser le secteur tout en fraudant la TVA.  
C'est ainsi que Made Petrol s'est retrouvé dans le collimateur des Moccia. Ces derniers bien implantés dans le Latium, ont envoyé Coppola rencontrer Bettozzi et l'affaire était entendue. En effaçant la dette de la société d'Anna, l'ex agente immobilière, a en contrepartie allégrement frauder et «oublier» de payer pour plus de 185 millions de tva et diverses taxes.
Cette société Anna en a hérité de ses amours avec le magnat pétrolier Sergio Di Cesare président de la holding Europetroli.
Avec le soutien des Moccia, son chiffre d'affaires augmente de façon exponentielle, de 9 millions d'euros à 370 millions d'euros en trois ans selon l'enquête.

Corriere

Corriere

Non seulement la société de Bettozzi a servi au blanchiment d'argent de la Camorra, mais elle aussi alimenté les systèmes classiques de fraude dans le secteur des huiles minérales, à travers la création de 20 «coquilles vides», de fausses sociétés qui devaient soit disant fabriquer des pompes et que la société de Bettozzi facturait comme telles.
La base logistique du réseau se trouve dans les bureaux napolitains de Coppola d'où les commandes de matières pétrolières sont coordonnées et tout un tourbillon de facturation d'opérations et de mouvements financiers inexistants (qui se fait exclusivement en ligne) est mis en place. 
Pour le groupe criminel, en effet, une fois les transferts relatifs au paiement formel du produit arrangés, il faut ensuite monétiser en espèces les montants correspondant à la TVA non payée aux autorités fiscales.
Pour la collecte des grosses sommes d'argent provenant de la fraude, le clan Moccia a fait usage d'une véritable organisation parallèle, autonome et structurée, propice au recyclage de
ressources financières élevées, gérées par des «cols blancs» , actifs tant sur le territoire napolitain et dans le romain. Dans la pratique, les sociétés gérées par le groupe de Coppola recevaient les paiements, effectuaient régulièrement des transferts importants vers des sociétés tierces et simulaient des paiements pour des fournitures factices.

Parfois des remous

Dans l'exercice de cette activité, ce groupe a conservé pour lui-même un pourcentage du montant collecté.
C'est essentiellement l'argent des activités illicites des clans réinvestis dans un secteur économique légal, celui du pétrole, pour produire d'autres produits illicites par fraude fiscale: un effet multiplicateur d'illégalité qui finit par anéantir la concurrence, tant pour les prix à la pompe aussi. faible pour les opérateurs honnêtes, et parce que ces derniers reculent lorsqu'ils comprennent qu'ils sont confrontés à des entrepreneurs mafieux.
A Rome, le réseau de fraude a fait appel à des petits groupes de personnes, dont les tâches consistaient à effectuer en continu des retraits d'espèces (en fractions) sur des comptes courants postaux au nom de sociétés de papier et / ou de mandataires. Ce qu'on appelle en lagnage crimorg du schtroumpfage. 
Ces ressources financières en espèces, une fois collectées, sont venues concentrée dans la région napolitaine, et envoyée, par le biais de «spalloni» («mules»), aux mêmes recycleurs romains, qui ont ensuite prennent en charge la livraison aux "clients", parmi lesquels, comme mentionné, le groupe d'entreprises dirigé par Alberto Coppla et Antonio Moccia. Le circuit du blanchiment classique.
Cet évidement de la concurrence a aussi provoqué des remous. Si en Calabre, les Mancuso ont fait croquer tous leurs «alliés», à Naples notamment un clan s'est «ému» de la situation, les Mazzarella qui voient les fraudes sous leur yeux transiter par le port de Naples. Le bureau de Coppola et lui-même sont visé par des tirs et deux explosions. Les Moccia, pour éviter l'escalade instaure une pax mafiosa en vendant une part d'une des fausses sociétés au régent Salvatore Fido le 18 août 2018 et en présence de son fixeur économique, Giovanni Formisano. Ce deal a-t-il calmé les ardeurs ? Sans doute un temps mais en novembre dernier Giovanni a été grièvement blessé par balles dans une embuscade tendue à San Giorgio a Cremano. 

Attaque contre Giovanni Formisano (Il mattino)

Attaque contre Giovanni Formisano (Il mattino)

Anna qui a écumé les plateaux télé va désormais faire face à la justice. Et elle pourra difficilement jouer l'ingénue victime de sa naïveté. En effet les écoutes téléphoniques sont formelles. Non seulement Anna connaissait bien le profil de ses «associés» mais elle s'en vantait. Lors d'une conversation avec sa sœur elle se permet un «j'ai la camorra derrière moi» digne d'une réplique du "Parrain". 
Elle avait pourtant encore tant de projets, l'année dernière elle annonçait la sortie d'un titre avec Craig David, qui n'a pas vu le jour. Le titre intitulé «Libero» devait servir de bande originale à un clip promotionnel pour......«Made Patrol». Clip dans lequel devait jouer l'acteur Gabriel Garko dont les émoluments devaient se monter à 250 000 euros dont 150 000 au noir selon un échange téléphonique entre les deux en février 2019. «L'argent avant le contrat» réplique Gabriel qui ne sera pas poursuivi dans cette affaire.
«Des derniers concerts d'Anna Battozzi au théâtre Sistina de Rome, tout le monde ne se souvient que de deux choses: de l'utilisation intensive des playbacks et de son calendrier sexy qu'elle distribuait aux personnes présentes» a écrit hier l'agence de presse italienne Ansa. 
Constat un peu sec mais effectivement les ailes ont brûlées même si l'oiseau n'a pas volé bien haut.
«J'ai de la ténacité, je suis du lion, le même signe du zodiaque que Madonna, auquel on me compare». 

 

On avait tort, on aurait dû plutôt la comparer à Michele Sindona.

 

Sources : InterNapoli ; Repubblica ; Il Mattino ; Croniche delal Campania ; Fanpage.it

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents