Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog à part

Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!


La poudrière du Monténégro partie 7

Publié par Desmoulins sur 30 Octobre 2021, 17:58pm

Catégories : #Balkans, #Trafic de drogue, #crime organisé, #Criminalité

L'année débute au Monténégro par un imbroglio juridique autour de la récente condamnation du parrain monténégrin Darko Saric. Sa condamnation à 15 ans de prison il y a quelques semaines a été annulée et il est donc pour le moment juridiquement ni en prison ni en liberté. la semaine prochaine la Haute Cour va se prononcer sur la prolongation de sa peine ou pas. Bref Saric qui est en détention depuis 5 ans maintenant pourrait regagner sa liberté plus tôt que prévu. Toutefois, la défense a le droit de former un nouveau recours devant la cour d’appel. Un verdict de première instance a été rendu contre lui et son groupe: il avait été condamné pour la première fois à 20 ans. 
Ces procès pèsent non seulement sur l'appareil judiciaire monténégrin mais aussi en dehors, au sein des instances politiques. 

Darko Saric (Krik)

Darko Saric (Krik)

Le 3 février 2019, la série d'assassinat redémarre avec Nikola Cupic qui est grièvement blessé dans l'explosion d'une bombe dans  sa voiture à Podgorica. Il est décédé plus tard à l'hôpital. Cupic est un proche du clan Kavacki. Cependant il aurait eu aussi des liens avec le camp d'en face. Une situation pas aussi ubuesque qu'on peut l'imaginer quand on connaît les liens qui unissaient certains membres des deux clans alors qu'ils ne formaient qu'une, certes informelle, mais même entité sous le «règne» de Darko Saric. Chez certains protagonistes les liens d'amitié ont perduré malgré les tensions mortelles et cemême si les liens ont été coupés (parfois à contrecoeur) chez la majorité des participants au conflit.
Cupric avait participé avec un de ses proches à une tentative de meurtre contre Filip Ivanovic en 2014. Un peu plus tard, une bombe a été lancée dans la cour du domicile d'Andrija Ivanovic, le frère de Filip.

Nikola Cupic tué dans un attentat à la bombe 'Novosti)

Nikola Cupic tué dans un attentat à la bombe 'Novosti)

Le 18 avril 2019, alors en villégiature en Espagne, Zijad Nurkovic, 24 ans, sa compagne enceinte de 20 ans Vasilisa, une influenceuse mode originaire du Monténégro et leur fille de 2 ans ne se doutent pas que la mort est au va croiser leur route alors qu'il se rendent dans la ville de Mijas sur la Costa del Sol. Nurkovic est grièvement blessé d'une balle dans la tête alors qu'il se trouvait en voiture. Il est décédé le lendemain de ses blessures. Nurkovic était un proche d'Alan Kozar, l'actuel dirigeant d'un gang à Bar et référent du clan Zemun au Monténégro associé au clan Škaljarski. En 2017, il a été recherché et soupçonné d'avoir tenté, avec Edmond Mustafa et Damir Hodzic, d'extorquer 10 000 euros à un rival. Ils se sont rendus après 20 jours de cavale. 
Nurkovic était originaire de Rozaje, une ville considérée comme un centre de la communauté bosniaque du Monténégro.
Ce meurtre confirme la tendance des assassinats hors des frontières balkaniques. Les cibles se déplacent et les tueurs les suivent. La présence de sa petite famille avec lui indique aussi que Zijad ne s'attendait pas à avoir un contrat sur sa tête. Ou bien était-il trop confiant? Difficile d'imaginer qu'il ait pu risquer la vie de sa compagne et de sa fille pour se protéger à l'instar du mafieux calabrais Giuseppe Iannicelli qui bénéficiant de la garde de son petit-fils (dont les parents étaient en prison pour trafic de drogue) le trimballait partout en espérant que les tueurs à ses trousses fassent preuve de mansuétude. Mais rien n'y a fait et en janvier 2014 il a été abattu ainsi que sa compagne et le petit Nicola, âgé de 3 ans. Leurs corps sont retrouvés dans une voiture carbonisée près de Cassano allo Jonio. Nicola a été exécuté par Cosimo Donato qui avait peur que l'enfant le reconnaisse car il était le père de la compagne de l'oncle de Nicola (un frère de son père).
Nurkovic semblait donc une cible facile, tuer à défaut de mieux, pour peut être aussi faire sortir du bois de plus gros objectifs.

Zijad Nurkovic et Vasilisa (Espreso)

Zijad Nurkovic et Vasilisa (Espreso)

2 jours à peine plus tard c'est une autre cible facile qui est victime des tueurs ma foi très efficace du clan Kavac. Veselin «Vesko» Vukotic, est abattu vers 20h45 devant chez lui à Dobrota (près de Kotor). Il était le père des leaders du clan Škaljarski, Igor et Jovan 
Des rapports indique qu'il se trouvait avec Jovica le jour où ce dernier a fait feu sur la voiture de Tamara Zvicer, la compagne de Radoje Zvicer, un membre de haut rang des Kavacki.
Âgé de 69 ans, Vukotic (à ne pas confondre avec le célèbre tueur à gages  ex porte flingue des services de sécurité yougoslave), se trouvait devant sa maison quand deux hommes ont fait feu sur lui vers 20h45. Si la responsabilité du clan Kavac fait peu de doute les arrestations et prélèvement d'adn de plusieurs proches de Radoje Zvicer n'ont encore rien donné.
Ses deux fils, eux n'ont pas tardé à faire part de leur attention au travers de la rubrique nécrologique, rendant hommage à leur père en publiant deux textes. Celui de Jovan actuellement incarcéré comporte un message sybillin «ta mort a réveillé ce que je calmais depuis des années. tout le monde sait quoi en faire». Le texte d'Igor toujours en cavale et que l'on croit en Turquie se révèle moins menaçant et il salue la mémoire de son père, «son héros».

Il n'y a plus de règles

Autant dire que la détermination que les deux camps mettaient déjà en œuvre pour s'entretuer a atteint un nouveau cap. En s'attaquant ainsi à Veselin, les Kavacki ont touché un point très sensible de leurs rivaux et leur ascendance. A leur mémoire et leur passé même. Un tel coup montre la détermination du rival même si visiblement Veselin n'avait pas de protection particulière. Les Skaljarski eux mêmes ont fait assassiner en 2017 Niko Roganovic dont les fils sont liés au Kavacki. Il n'y a plus de règles si tant est qu'il y en ait eu avant. Une négociation entre les deux parties semble définitivement impossible. 

On ne sait s'il s'agit d'une représailles directes mais le 29 avril, Milo Ilic un supposé membre du clan Kavacki est exécuté de plusieurs balles vers 16h30 à Podgorica après avoir garé sa voiture devant un bookmaker près de la gare routière. Le tireur masqué, a d'abord fait feu 5 fois, Ilic a tenter de s'échapper et alors l'agresseur a ensuute vidé son chargeur sur lui. 15 douilles ont été retrouvées sur place. Ilic était proche de Vesko Kalezic tué en novembre 2018. Le tueur du clan Skaljarski Marjan Vujacic serait l'auteur.

Milo Ilic et Veselin Vukotic (Republik.a.rs)

Milo Ilic et Veselin Vukotic (Republik.a.rs)

A la mi-mai dans un petit bourg tranquille nommé Forst dans le Brandebourg. La guerre des clans va toquer à la porte des autorités locales bien circonspectes face à de tels faits de violence. 
Dans la nuit, vers 05h00, un commando armé a fait irruption dans une maison et fait feu sur ses occupants. A son arrivée, la police constate le bain de sang. 2 hommes sont déjà morts et 2 autres grièvement blessés. Darko Mijovic et Nikola «Debeli» Jovanovic, les deux tués ont été criblés de balles. Mijovic avait été lié à la disparition de Nemanja Medin, en juillet 2016 et dont le corps n'a jamais été retrouvé. Darko avait été inculpé mais lui et ses complices ont été acquittés en mars 2019.  Milos Veskovic est lui le frère de Darko «Prike» actuellement en prison pour le meurtre de Blazo Djurovic un proche du clan kavacki mais aussi surtout de Luka Bojovic et Filip Korac du clan Zemun. Une rumeur indique que ce pourrait être Korac qui a demandé l'exécution de Djurovic. Pour le punir d'une faute mais laquelle ?
L'obédience des 4 hommes est vite établie, il s'agit bien d'alliés du clan škaljarski et affidés Alan Kozar. Encore une fois l'organisation et la motivation du commando étonne les enquêteurs tout comme la qualité des renseignements dont il a bénéficié. Ce n'était pas à proprement parlé des cibles prioritaires et elles étaient visiblement très discrètes. Les débusquer au fin fond du Brandebourg n'était pas chose aisée.
En fouillant la maison, les policiers découvriront une plantation de cannabis et une récolte de plus de 20 kilos de marijuana devait être effectuée le jour même des meurtres. 

(Srbija Danas)

(Srbija Danas)

La réplique directe ou indirecte survient le 6 juin. Stefan Sarovic, un proche de la famille Roganovic très active au sein du clan Kavacki est exécuté dan sa villa de Denovici, petite ville côtière de la côte sud-ouest du Monténégro. 

Petite aparté à propos d'une arrestation qui a fait parler, celle du cousin du trafiquant monténégrin Safet «Sajo» Kalic. Interpellé à Belgrade pour trafic de drogues, il se trouvait avec 800 grammes d'héroïne sur lui et 1 kg de marijuana.
Basé dans le nord du pays, Safet fut longtemps le fournisseur du clan Zemun ce qui lui a valu à lui aussi le surnom d'«Escobar des Balkans». Ayant fait fortune en Allemagne il revient au pays fin 90's avec un gros capital qu'il va investir dans la drogue et l'immobilier.
En 2000 il fait parler de lui avec son mariage où étaient présent Dusko Saric (frère de Darko), des futurs diplomates, Ljubisa «Buha» Cuma et hauts responsables de l'ANB (Agence de Sécurité du Monténégro).
Son association avec les Zemun a connu un accroc avec la séquestration d'un de ses livreurs qui avait trop coupé la drogue et les Zemun s'en sont aperçu et l'ont gardé 15 jours avant que Kalic ne paie 1 million de marks pour le faire libérer. 
En parlant de Darko Saric mi avril, 60 kilos de cocaïne ont été retrouvés à bord du navire école «Jadran» qui devait se rendre en Grèce. La cargaison serait liée à Vladimir Racic, un proche associé de Darko Saric, soupçonné d'être à la tête d'un réseau entre le Brésil et l'Europe. 5 personnes ont été arrêtées dont Radomir Osmajic, Vojin Stupar ( qui aurait des liens avec le clan Kavac) et deux soldats monténégrins, Milos Kulic et Dusko Radenovic qui travaillaient comme agents de sécurité dans un bar appartenant à Saric. 

(Kurir)

(Kurir)

Quelques jours plus tard à Cetinje au sud-ouest du Monténégro et à 30 kilomètres de la capitale Podgorica, Bogdan Milic devise avec 3 amis au café «Portun» où il a ses habitudes. L'homme lié au clan Skaljarski ne se doute pas qu'il a les tueurs adverses à ses trousses. Pourtant son nom avait été cité en début d'année dans l'affaire de l'assassinat de Nemanja Madin en juillet 2016. La police l'accusait notamment d'avoir aidé les deux auteurs Darko Mijovic qui a été tué récemment en Allemagne et Vladimir Ulami qui purge actuellement une peine de prison pour détention d'armes. Les deux hommes avaient été acquittés lors du procès. Milic lui n'avait pas été mis en examen mais son nom circulait dans les fichiers de la police pour d'autres affaires. Vers 17h10, une voiture en marche fait feu en direction du groupe attablé. Bogdan est mortellement touché, il est décède lors de son transport à l'hôpital et les 3 autres hommes Dragan Vusurovic, Marko Vujcic et Goran Vusurovic sont quand à eux blessés.
La police découvre qu'un des blessés Marko «Cubanac» Vujavic, avait lui aussi été arrêté en lien avec le meurtre de Medin. 3 morts et 5 blessés  dont 3 victimes liées à une seule et même affaire et tout ça en 1 mois. Est-ce seulement dû au hasard ou bien s'agit -il d'un plan bien établi ? 
En juillet 2019, cinq jeunes âgés de 19 à 25 ans sont arrêtés pour la fusillade, avec parmi eux Lazar Nedovic dont on reparlera dans un futur proche.

(Blic)

(Blic)

Mais c'est de l'autre côté de l'Atlantique que l'on va prendre toute la mesure de la puissance des narcos monténégrins, de leurs implications grandissantes dans le trafic de drogue international et la qualité logistique de leurs réseaux.
En ce 17 juin c'est un e grande annonce que publie les autorités fédérales américains. La saisie d'environ 19,76 tonnes de cocaïne (15 582 paquets pour 1,3 milliard de dollars) sur un cargo dans le port de Philadelphie, sur la rivière Delaware. On a d'abord annoncé 16 tonnes ce qui était déjà une prise record avant que le chiffre définitif ne tombe.
La drogue a été découverte dans sept conteneurs sur le cargo «MSC Gayane», en partance pour l’Europe, qui avaient fait auparavant étape au Chili, au Panama, aux Bahamas en Colombie et au Pérou où c'est là que la drogue a été embarquée. Au moins quatre membres d’équipage du cargo ont été interpellés, notamment le capitaine en second, Ivan Durasevic, un monténégrin et un marin fidjien Fonofaavae Tiasage. Ce dernier va très vite avouer aux policiers avoir été payé 50 000 dollars par Durasevic.
Ce dernier lui aurait demandé de l'aider à embarquer des ballots de cocaïne en pleine mer. L'opération s'est déroulé le 24 mai. 6 vedettes ont d'abord approché leur navire durant la nuit et ont ensuite jeté les ballots à la mer que l'équipage a dû récupérer un à un. 
Puis 8 autres bateaux sont arrivés avec encore plus de drogue et le même procédé qu'auparavant s'est mis en place. Le fidjien ne se souvient pas du temps que ça a pris mais une bonne partie de la nuit a dû y être consacré. Si le bateau se dirigeait vers l'Europe et notamment les Pays-Bas et la France, les autorités pensaient qu'une partie de la drogue devait être débarqué à Philadelphie. Mais après enquête, il a été prouvé que la drogue était bien destinée aux Pays-Bas et à la France.

Un cadenas à 6 dollars

La plus grosse prise de ce genre reste celle effectuée en 1989 en Californie avec 21,4 tonnes saisies. Une histoire folle pour laquelle je m'accorde une petite digression.
La drogue avait été découverte dans un entrepôt de San Fernando Valley, gardé, protégé, ironie du sort par un cadenas à 6 dollars.
L'entrepôt était situé dans une rue essentiellement résidentielle de la ville de Sylmar, dans l'une des nombreuses communautés de Los Angeles. Le raid était une réponse à une information primordiale donnée deux jours plus tôt par un habitant, qui a signalé un trafic fréquent de gros camions qui allaient et venaient.
Les responsables ont déclaré que la confiscation soulignait l'importance croissante de Los Angeles dans le trafic de drogue qui à l'époque selon un rapport fournissait peut-être la moitié de la cocaïne du pays, 80% de son PCP ou «poussière d'ange» et une grande partie de ses méthamphétamines.
Le plus fou est qu'il semble que la drogue avait entreposé dans ce patelin après un conflit entre les passeurs mexicains et les trafiquants colombiens du cartel de Cali, empêchant ainsi la drogue de circuler. Le temps d'aplanir le conflit les deux parties avaient décidé d'entreposer la drogue sous une surveillance très discrète pour ne pas éveiller les soupçons. Mais ils n'avaient pas pensé au va et vient des camions qui n'a effectivement pas manqué d'alerter certains voisins.
En novembre 1990, 3 hommes sont jugés pour trafic de drogue dont Carlos Tapia-Ponce, 70 ans et condamnés à la prison à vie. Il deviendra le plus vieux prisonnier du système carcéral fédéral et décédera le 5 février 2017 dans sa prison de Caroline du Nord.

MSC Gayane (dailyadvent)

MSC Gayane (dailyadvent)

Revenons en Pennsylvanie. Quelques jours après la saisie, 4 autres marins (dont trois monténégrins), Bosko Markovic, Aleksandar Kajava, Nenad Ilic et un autre fidjien Laauli Pulu, ont été interpellés. Se basant sur leurs déclarations en juillet un monténégrin de Kotor, Vladimir Penda a été interpellé à son tour. 
Le bateau appartient à un fond de stratégie de transport géré par l'unité de gestion d'actifs de la banque JP Morgan Chase. JP Morgan Chase n'exerce aucun contrôle opérationnel sur le navire, battant pavillon libérien, qui est géré par la Mediterranean Shipping Company, basée en Suisse. 
Il s'agit de la 3ème saisie à bord de navire de MSC en 2019. Le premier était déjà à Philadelphie (585 kilos) et le 2ème à Gênes quelques jours plus tôt. MSC est évidemment un géant du transport maritime de conteneurs, c'est même la 2ème compagnie en terme de navires juste derrière AP Moller Maersk. MSC appartient à un couple d'italiens Gianluigi et Rafaele Aponte. Cette affaire a une conséquence malheureuse en entraînant la suspension, temporaire, de la participation de la firme à un programme de contrôle douanier par l'US Customs and Border Protection. Comme le rappelle un article de Forbes, ce programme a été créé en 2001 et permet aux compagnies maritimes qui renforcent leurs mesures de sécurité de passer plus rapidement les contrôles aux frontières. 
Un mois plus tard, le bateau a été «libéré» par les autorités après le paiement d'une caution de 50 millions de dollars, une note partagée entre la branche de gestion d'actifs de JP Morgan et MSC. Il a pu ainsi regagner Rotterdam. Et en terme d'image, l'honneur semblerait presque sauf pour MSC après cette «amende honorable».
En juin 2020 Vladimir Penda a plaidé coupable de possession de 5 kilos de cocaïne afin l'intention de la vendre. Un document de la DEA confirme bien le rôle des monténégrins dans le transport de la drogue. Ils étaient en contacts réguliers via des téléphones cryptées avec les autres membres du réseau que l'on pense lié au clan Skaljarski. Kajava, Ilic et Penda admettent leur culpabilité et en juillet 2021 un premier procès condamne Ivan Durasevic et Nenad Ilic à 6,5 ans et 7 ans de prison.
Cette perte colossale risque d'avoir de très graves conséquences pour les Skaljarski. Au delà du manque à gagner, la fiabilité de leur transport faisait foi de leur professionnalisme et dans ce genre de commerce la confiance accordée est importante. Si l'enquête dure toujours il ne fait aucun doute que la drogue était destinée à plusieurs clients. Et si aujourd'hui on paie rarement cash les marchandises, une telle perte sèche reste très fâcheuse pour l'image de marque. Celle de MSC en restera presque imaculée mais celle des monténégrins beaucoup moins.

Fin juin, Marjan Vujacic, est arrêté à Novi Sad alors qu'il récupérait des faux documents fournis par deux policiers moyennant 1500 euros. Il est accusé d'être un tueur à gages au service du clan škaljarski. Il serait soupçonné aussi du meurtre de Sasa Cvetanovic, un des hommes reconnus coupable du meurtre de Nikola Bojovic, le frère du leader du clan Zemun, Luka. Clan Zemun qui est proche du clan Skaljarski on le rappelle. Il pourrait être lié aussi au meurtre de Goran Tasic, à Amsterdam ainsi que de Veselin Kalezic et de Milo Ilic. La mise hors d'état de nuire de ce tueur efficace ne pourra que réjouir le camp d'en face. Mais cette histoire de faux passeports sera un des nouveaux fils d'Ariane du conflit. Des réseaux importants alimentant toute une industrie de la cavale car on l'a bien compris le nouvel adage dans les Balkans est "pour vivre heureux (et plus longtemps) vivons cachés".

 

 

Sources : Blic ; Kurir ; Vijesti ; Forbes ; Rudar 7 ; Republika

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents